Soie

La soie doit son existence aux vers à soie. Le ver à soie ou chenille se nourrit exclusivement de feuilles de mûrier. Dans son processus de transformation en papillon, le ver à soie fabrique un cocon à partir de fils très fins et d’une substance collante salivaire qu’il produit lui-même. Une fois le cocon terminé mais avant même de se développer complétement en papillon, la larve de chenille doit être tuée, une issue hélas inévitable dans ce processus de récupération et d’exploitation du cocon pour fabriquer la soie.

La soie dite ‘respectueuse de la chenille’ (soie sauvage ou soie tussah) est issue de cocons de larves de vers à soie sauvages qui ont pu se développer en chrysalide puis s’envoler en papillon. Du fait qu’il ait pu sortir du cocon, celui-ci est endommagé et les fils ne peuvent donc plus être exploités sur toute leur longueur.

zijdezijde

 

L’origine de la soie

Les vers à soie ou chenilles du "Bombyx Mori" sont les plus couramment utilisés parce que ce type d’insecte fabrique des cocons en fils de soie d’une très grande longueur. La longueur totale d’un fil peut varier de 2.500 à 3.500 mètres. Uniquement le fil le plus au centre, long de 1.000 à 1.500 mètres, peut être déroulé du cocon en une seule longueur. A partir des autres fils restants, les plus courts, on fabrique la soie dite soie de schappe (soie de résidus) .

Le processus

Avant de pouvoir procéder au dévidage du fil de soie, il faut d’abord éliminer la substance collante du cocon (séricine), le grès, qui entoure le fil de soie. Pour ce faire, la technique dite ‘d’étouffage’ consiste à passer les cocons dans des étuves puis trempés dans l’eau bouillante pour ramollir le grès. On procède alors avec de petits balais au dévidage des premiers fils et ensuite aux différentes étapes de moulinage, filage et tissage selon les qualités de fils de soie désirées. Pour la soie sauvage, l’étape d’étouffage n’est pas effectuée, ce qui explique l’aspect plus grossier de cette soie qui contient encore des restes de grés.

zijdezijde

 

Les propriétés de la soie

Le fil de soie est la plus fine des fibres naturelles. D’un point de vue chimique, la soie est un tissu qui ressemble beaucoup à la laine. Toutes deux se composent principalement de protéines mais, contrairement à la laine, les fibres de soie sont lisses et ne présentent pas de structure écailleuse, ce qui leur donne un bel effet de brillance. La soie possède de multiples qualités agréables et se prête donc à de nombreuses applications. En plus de son utilisation pour la fabrication de vêtements, elle sert également à la confection très diversifiée de textiles pour literie, de tissus d’ameublement, de rembourrage de couettes etc.

Avantages de la soie, confort

La soie est à la fois solide et extensible. On peut étirer un fil de soie sur une longueur pouvant atteindre jusqu’à cinq fois sa longueur initiale avant qu’il ne se casse. La soie ne possède quasiment pas d’effet d’électricité statique. Elle a un fort pouvoir d’absorption (jusqu’à 40%) sans que le tissu ne donne une sensation d’humidité. Elle dispose en outre de bonnes propriétés iso-thermiques, isolant très bien de la chaleur en été et du froid en hiver. Elle est de ce fait parfaitement adaptée comme matériau de base pour les vêtements de sport ou de loisirs. Elle est par ailleurs peu sensible aux moisissures et aux mites.

Les différentes sortes de soie

Les tissus en soie existent sous de multiples formes, voici un tableau des types de soie les plus courants:

Entretien de la soie

© inSilk 2017